Luxembourg & Esch-sur-Alzette

Si Luxembourg est la capitale politique du Grand-Duché, Esch-sur-Alzette, pendant plus d’un siècle en fut la capitale économique. Le visiteur découvrira d’une part une architecture officielle, et d’autre part une libre expression de l’architecture, dans un tissu économique et sociologiquement très hétérogène.
La journée commence par une visite « des friches militaires à la ville optimale Â». 

Banque Centrale
photo ONT
La ville de Luxembourg cesse d’être une ville forteresse et se doit réinventer. Trois alternatives sont étudiées : transformer la ville en cité universitaire, développer la ville comme centre industriel, ou  développer sa fonction de capitale. Cette décision exige une division fonctionnelle du territoire national, qui a gardé tout son sens jusqu’à nos jours. Luxembourg devient un lieu de concentration de décideurs, politiciens, banquiers industriels. Une refonte de la législation commerciale permet de dissocier le lieu des prises de décision, des lieux de production. La capitale aura une fonction politique, alors que la ville d’Esch-sur-Alzette devient un lieu de production. Luxembourg-ville adopte un plan radioconcentrique, pour autant que la topographie accidentée le permette. L’Etat, détenteur d’un potentiel énorme d’anciens terrains militaires, crée un espace de vie pour les propriétaires et administrateurs des sociétés industrielles regroupant leurs sièges administratifs en ville. Le particularisme luxembourgeois réside dans le fait que l’Etat reste propriétaire des friches militaires pour les aménager en quartiers résidentiels ou de commerce, créer des services de proximité et revendre les terrains divisés en parcelles à construire. L’Etat veille aux hauteurs, aux formes architecturales et aux matériaux à employer. Des experts étrangers, l’ingénieur-paysagiste Edouard André (F) et l’urbaniste Joseph Stubben (D) sont sollicités pour dresser les plans d’aménagement. L’Etat opère un zoning social très prononcé : quartier de commerce et d’artisanat près de la gare centrale, villas et quartiers résidentiels bourgeois entourant un parc qui occupe d’anciens terrains militaires remblayés. Le centre ville est entouré d’une couronne dense à usage mixte. La promenade fait découvrir toute cette évolution qui inclut également la signification du monument officiel. De la place de la Constitution cette promenade de 90 minutes mène au parc de la ville.

Bd Royal
 Arquitectonica
D’ici la visite se poursuit par une traversée du boulevard Royal, artère principale de la capitale. Ce boulevard jadis réservé aux villas s’est mué à partir de 1967 en boulevard aux allures modernistes et contemporaines. Norman Foster, Christian de Portzamparc, Jaspers & Eyers, Fort Brescia et l’avant-garde des architectes luxembourgeois se sont produits le long d’un lieu qui ne laisse pas indifférent. La visite traverse le pont Adolphe (1903) de Paul Séjourné, monument qui regroupe toutes les caractéristiques de l’historicisme : pierre du pays, savoir-faire artisanal, béton armé, intégration au paysage, car le pont devait « sentir le terroir Â» (Paul Eyschen, Premier Ministre). Le parcours se poursuit le long de l’Avenue de la Liberté, cette voie de prestige et d’affaire qui, comme voie initiatique, prépare à la ville. Cet ensemble d’architecture historiciste se trouve dans la zone tampon du site Unesco que représente la forteresse de Luxembourg et ses quartiers de la vieille ville.

Place de Paris
Une escale pour déjeuner est prévue sur cette étape commentée. Après avoir reçu des explications sur l’immeuble du monument national protégé que représente la gare centrale, le chemin de fer conduit à Esch-sur-Alzette, deuxième ville du pays. Cette ville jadis industrielle et désormais universitaire, est riche d’un patrimoine architectural exceptionnel. Contrairement à la capitale, où l’Etat prescrit une architecture homogène,




Esch-sur-Alzette
Esch-sur-Alzette se fait découvrir comme véritable creuset de l’architecture européenne. Historicisme, Art Nouveau, Art Déco, Modernisme et Fonctionnalisme se déploient avec vigueur. Peter Rice  et Thomas Sievert y ont créé la zone piétonne. Les ornements des façades racontent les vies et visions de leurs maîtres d’ouvrage. La visite de 90 minutes (gare –place des Martyrs) pourra être poursuivie d’une visite (déplacement en train) du campus  Belval-Université.



Ici le visiteur s’informera sur le grand projet urbain de la Cité des Sciences, le Fonds Belval ayant transformé l’ancien bâtiment « massenoire Â» en un lieu d’accueil, d’expositions et de conférences accompagnant la réalisation des projets d’urbanisation et construction du campus universitaire. Une grande maquette et un film d’animation 3D permettent de visualiser le futur quartier universitaire implanté sur la Terrasse des Hauts Fourneaux. L’exposition permanente  « Belval & More Â» évoque également le contexte historique et contemporain dans lequel évolue le site. Des films sur l’histoire de la sidérurgie, le développement urbain et les nouveaux aménagements peuvent être consultés dans une salle de projection.

Luxembourg & Esch-sur-Alzette                          EN


One-day trip (8 hours, includes public transport, only available on weekends): A specific offering will be provided for lunch. Groups must comprise a of minimum of 20 persons. Price €950. Departure from Place de la Constitution; travel to Esch-sur-Alzette and return to Luxembourg by public transport ; end at Place de la Gare, Luxembourg. Extra charge (10%) if the group chooses to visit the campus of Belval-Université.

While Luxembourg City was the political capital of the Grand-Duchy, Esch-sur-Alzette functioned as an economic center. The expression of architecture is a very official one in Luxembourg, whereas in Esch-sur-Alzette this political pressure was nonexistent. Here only economic and cultural rules defined architecture. As a melting pot of migrants and a site of prosperity, Esch developed a very heterogenic and exceptionally rich architecture.
The visits start in the morning in Luxembourg City. The first tour discovers how the ancient fortress of Luxembourg was converted into an open and modern city (depart from Place de la Constitution ; arrive at the monument of Princes Amélie, a park). 

In 1867, when the fortress was no longer used as such, Luxembourg had to reinvent a new identity. Three kinds of solutions were studied at that time. Luxembourg could be converted into a university town, it could develop as an industrial city, or it could become a capital city. The third option was chosen. A functional division of the national territory had to be legally defined, a decision that never was questioned. Luxembourg developed into a center of management, concentrating the population of industrial, financial, and political decision makers. Thanks to a new commercial law, managerial decision making could be geographically separated from production. Luxembourg, as a capital city, assembles political power, whereas Esch-sur-Alzette acts as a place of production. As owner of the old military waste land, the government made these properties available for modern housing and working districts, offering a charming environment for villas and head offices. It’s exceptional that the government itself managed each detail of the whole project and did not confine it to building tycoons. The State Department controlled the respect of construction height, ornament prescriptions, and specific materials used.  Experts from abroad such as the French Edouard André or the German  Josef Stübben  were asked to enter their master plans. Functional and social segregation characterized town planning of that time: commercial and industrial areas around the station, villa districts near the park rich in official monuments. The suburbs were more industrial. The historian guide shows this planning and its evolution since the 19th century.  After visiting the park, the tour continues to Boulevard Royal, the central business district. The ancient villas were replaced in 1967 by offices of modern or contemporary architecture. Norman Foster, Christian de Portzamparc, Jaspers & Eyers, Fort Brescia, and the avant-garde of local architects signed most of the buildings of this boulevard. After crossing the Adolphe bridge, designed by Paul Séjourné (1903), the tour continues along the Avenue de la Liberté.  This harmonic architectural ensemble belongs to the buffer area of the UNESCO protected site (ancient fortress and old city).  After a short break for lunch, the historian guide shows in detail the station building, one of the protected buildings of historicism in Luxembourg. A train ride leads to Esch-sur-Alzette, the second largest town. This former industrial city is proud of its rich architectural heritage. Esch is a real melting pot of European architecture, excelling in historicism, Art Nouveau, Art Déco, modernism, and functionalism. Peter Rice and Thomas Sievert designed the pedestrian zone. Ornaments on façades represent the philosophical visions of the house builders. The visit (90 minutes) may be continued on the Belval-Université campus. The visitor center at Massenoire provides information about the new university campus. A large model of the town planning zone visualizes the growing scientific city. The permanent exhibition, Belval & More, tells about its history and future projects. Three-dimensional reports show the industrial past, the actual state of affairs, and future projects. All the visits are led by architects or historians.


Informations

Départ:Luxembourg place de la Constitution; déplacement à Esch-sur-Alzette en train, retour à Luxembourg.

Arrivée: place de la Gare, Luxembourg.
Langues: L, F,D au choix
Durée:Journée (durée 8heures avec déplacements en transports publics, le weekend)
Prix: gratuit ; Minimum 20 personnes. Prix 950 € y compris la visite assurée par un guide du fonds d’urbanisation et d’aménagement du Kirchberg).Une offre séparée sera soumise pour les frais du déjeuner..Prix pour la visite facultative du site Belval-Université +10%.
Organisation: sur demande
réservation: info@histoirerubaine.eu Tel 00352 / 44 49 29 Fax 00352 / 26 44 09 59 GSM 621 21 54 24

Conditions réservation
© Histoire urbaine2017
|Newsletter :