Monuments officiels et officieux

Visites-conférences : le monument officiel, le monument officieux, la nécropole municipale

Monument de la
 Solidarité
nationale
La visite avec un guide la SLHU « les monuments officiels Â» tente d’expliquer les forces sociales qui auraient produit le monument officiel, c’est-à-dire le groupe d’intérêt qui a droit de se faire représenter avec ses valeurs propres dans l’espace public. Le parcours présente le monument national de la Solidarité luxembourgeoise (1971), le monument du Souvenir (1923), le monument en honneur du Roi-Grand-Duc Guillaume II (1884), le monument en honneur du poète Michel Rodange (1932), des poètes nationaux Edmond de la Fontaine et Michel Lentz (1903), de la Princesse Amélie (1876). Le guide s’interroge sur les intérêts des commanditaires, sur le choix des exécutants, la provenance des matériaux, le choix de l’emplacement, l’évolution de la perception du monument dans le temps. Qui peut se réclamer « d’officiel Â» ?

 




Cimetière ND
La visite évoque l’opposition par la décoration choisie des façades pouvant proclamer d’autres valeurs. (durée 90 minutes) La seconde visite portant sur la nécropole Notre Dame à Luxembourg constitue la suite de la première visite et envisage le cimetière comme ville en miniature. Le cimetière devient un lieu officiel et municipal au XIXe siècle. Les nouveaux matériaux de construction autorisent l’érection de monuments en plein air. La conception du monument artisanal s’oppose à la livraison de monuments funéraires de production industrielle. Les archives privées ont révélé que Luxembourg fut un exportateur international de monuments funéraires. La visite s’interroge également sur le commerce concernant la concession des tombes, la redistribution des recettes, la valeur du m2 de la dernière demeure par rapport à celui de zones d’habitat central. L’analyse de l’appartenance philosophique ou religieuse, le recours à des matériaux étrangers et les modèles d’inspiration des tombes font également l’objet de la visite. La relation entre l’appartenance socio-économique, le type d’habitat occupé de son vivant, comparé à sa représentation dans la mort sont étudiés au cours de la visite. Quelles valeurs le défunt représente-t-il par le type du monument, le symbolisme, l’épitaphe choisi. Quel rôle joue le monument funéraire dans la mémoire collective. Les héros représentés en première rangée et les tombes appartenant à des associations philosophiques ou politiques diverses, se recoupent-ils avec les célébrités ayant subi des honneurs par l’octroi d’un monument dans l’espace public, d’un nom de rue ? Avec l’abandon annuel de 1 % des concessions, la nécropole doit être réfléchie dans le cadre de l’aménagement urbain. Quel avenir lui réserver face à la pression montante sur le foncier ? (durée 90 minutes)

Official and Unofficial Monuments                        EN

Half-day tour (4 hours including a short break, walking tours available every day): Groups must comprise a minimum of 20 persons. Price €500. Departure from Monument de la Solidarité nationale; end at the Notre Dame de Luxembourg cemetery, allée des Résistants et Déportés.

This is a guided tour of official monuments, religious monuments, and the municipal cemetery. It shows what social forces were at the origin of official monuments. The visit speaks about autorepresentation of social groups in a public space. On the way, the visitor discovers the national monument of Solidarity (1971), the monument du Souvenir (1923), the statue of King and Grand-Duke William II (1884), the fountain honouring poet Michel Rodange (1932), the stele reminiscent of the national poets Edmond de la Fontaine and Michel Lentz (1903), and the monument erected for Princes Amélie (1876). The guiding historian scrutinizes the reasons for deciding to equip public spaces with monuments, choosing specific materials, and selecting artists. Perceptions about the monuments and their eventual concordance with ornaments on façades are other themes that will be developed during the visit (90 minutes). 

The second guided tour discovers the municipal cemetery of Notre Dame of Luxembourg as a miniature town. The necropolis was defined as a public space in the 19th century. New building materials allowed builders to erect open-air monuments. Funeral art produced by artisans or industries share the same space. Private archives confirm that Luxembourgish producers exported tombs abroad. The visit scrutinizes the sales policy of tombs and funeral art, the redistribution of income after death, and the value of a square mile compared to the value of real estate property. Philosophical or religious considerations, the selection of raw materials, and the influence of international models are other themes that will be developed during the visit. The guiding historian compares funeral art with the art of living, stressing the symbolic value of ornaments and explaining inscriptions. Local heroes are celebrated with a monument on the main public spaces of the cemetery. What does this represent today? Are there streets or public spaces that bear the names of the same deceased? Because every year 1% of the tombs are abandoned, what future do we see for this centrally situated public space? (90 minutes)

Informations

Départ: Monument de la Solidarité nationale, Bd F.D. Roosevelt;
Arrivée:cimetière Notre dame de Luxembourg, allée des Résistants et Déportés.
Langues: L, F,D au choix
Durée: Demi-journée (durée 4 heures avec déplacements à pied, tous les jours)
Prix:Minimum 20 personnes. Prix 500 €
Organisation: sur demande
réservation: info@histoireurbaine.eu Tel 00352 / 44 49 29 Fax 00352/ 26 44 09 59 GSM 621 21 54 24

Conditions réservation
© Histoire urbaine2017
|Newsletter :